Carmel de BORDEAUX-TALENCE
Carmel de BORDEAUX-TALENCE

Histoire du Carmel de Bordeaux-Talence


Le 8 décembre 1610, Mère Isabelle des Anges, une carmélite espagnole, fonda à Bordeaux le carmel Saint-Joseph en compagnie de sept religieuses françaises. Monsieur Marc-Antoine de Gourgue et son épouse soutinrent cette fondation désirée par le cardinal François de Sourdis. Les vocations nombreuses permirent des fondations à Toulouse en 1616 puis à Saintes en 1617. Le carmel de l’Assomption, second couvent bordelais s’ouvrait en 1618, rue Permentade, tandis que le premier se trouvait sur l’actuel Cours de l’Intendance. 


L’ordre de dispersion du 1er octobre 1792 obligea les sœurs à vivre par petits groupes chez des parents ou des amies. Durant la Terreur, plusieurs connurent l’exil en Espagne ou l’incarcération à Bordeaux. En 1804, les dix-sept survivantes des deux carmels reprirent ensemble la vie commune puis réintégrèrent en 1827 l’ancien couvent de la rue Permentade. Au milieu du XIXè siècle, l’environnement industriel rendit nécessaire le transfert du monastère vers la périphérie de la ville, rue Saint-Genès. 


En 1901, les sœurs s’exilèrent en Espagne à Zarauz. Un certain nombre d’entre elles fonderont le carmel de St Sever sur Adour. 


En 1917, Mère Marie-Thérèse (Querry) organisa le retour des sœurs à Bordeaux et dix ans plus tard, le monastère actuel fut construit sur la commune de Talence. Le XXè siècle a été marqué par de nombreux départs pour les missions et par la fondation du carmel de Cognac en 1947. En 2017, le carmel de Bordeaux-Talence a fusionné avec celui de Villefranche de Rouergue.


Aujourd’hui encore, appelées à être des “coeurs priants” dans l’Eglise et en particulier dans celle qui est à Bordeaux, nous veillons à présenter au Seigneur la vie de notre diocèse, chacun de ses membres et surtout les prêtres, ainsi que les séminaristes. Chaque année, nous avons la joie d’avoir, dans notre chapelle, une première messe des nouveaux prêtres ordonnés. La célébration de la messe et de la liturgie des heures, que nous voulons belles et sobres, offrent à tous ceux qui s’y associent un soutien pour leur quête de Dieu. Et la chapelle, ouverte durant la journée, permet à ceux qui y entrent de se mettre sous le regard aimant du Christ présent au tabernacle.  


L'artisanat monastique au carmel


La fabrication des hosties pour tout le diocèse et notre atelier de reliure – en grande partie au service de l’Archevêché -, nous gardent tout orientées vers ces grandes intentions. Nous avons aussi le dépôt des reliques du diocèse et nous pouvons ainsi nous associer plus étroitement à toutes les consécrations d’autels.


Depuis la fin du XIXè siècle notre production d’hosties nous a mises en relation avec nombre de paroisses du diocèse. Nous préparons les hosties selon les indications données par nos évêques : pure farine et eau, sans ajout de sel, sans colorant, ni parfum et conservateur. L’automatisation de la cuisson, en 1980  a permis de fournir des hosties blanches ou dorées. A partir de 2017, nous avons continué la production d’hosties gravées du carmel de Villefranche de Rouergue, avec un modèle ancien rare et particulièrement beau du Christ crucifié en trois dimensions et notre clientèle s’est étendue dans toute la France. Nous avons acheté une machine de cuisson automatique plus écologique car elle réduit les pertes de pâte. Elle permet également de cuire des hosties gravées avec un Christ en croix plus moderne, en deux dimensions et donc d’un coût plus accessible. Nous avons le label Monastic pour les hosties.


A côté de l’atelier de reliure, du travail de la maison et du jardin les sœurs s’emploient à divers travaux d’artisanat : linge d’autelconfection de scapulaires, chaussons pour nouveau-né, bougies gravées personnalisées ou fleuries, carterie. Depuis un certain nombre d’années, la présence notable de jeunes sœurs en formation nous demande de réorganiser nos ateliers afin d’assurer à chacune un emploi. Ora et Labora !

Pas de produit pour ce fournisseur.