Ecrire une icône… toute une aventure…

122 Views
Les boutiques de Théophile

Elle s’est comme « faufilée » dans ma quête intérieure et s’est offerte à moi de plus en plus comme l’espace privilégié de ma rencontre avec Jésus... Elle s’est révélée porteuse d’une Présence et chemin vers le plus intime de mon cœur… A l’atelier d’iconographie, que j’ai rejoint à Paris, elle s’est très vite imposée comme la meilleure manière pour moi de m’exprimer par le dessin et la peinture. Elle me permettait de vivre la soif la plus profonde de mon être, avec mes dons et mes lacunes. Elle s’est vite, avérée « incontournable. »

L’ « écriture de l’icône » est ainsi devenue un « compagnonnage », unique et précieux, tout au long de mon chemin ... Longtemps, enseignante spécialisée auprès d’enfants en grandes difficultés psychologiques et scolaires, j’ai trouvé, jour après jour, dans l’icône un vrai trésor, pour moi comme pour eux … une porte grande ouverte sur un chemin d’intériorisation, de guérison, d’épanouissement et de remise en route… En se découvrant toujours plus, comme un puits sans fond, la profondeur symbolique de toute icône a nourri chaque jour davantage mon cœur et ma prière et m’a invitée à creuser la tradition iconographique et surtout la Parole de Dieu, source de son inspiration.

Très vite, ce « cadeau » de l’icône s’est ouvert au partage… dans les différentes classes de l’école où je travaillais… à Lourdes, l’été, auprès des jeunes de passage de toutes nationalités… à travers des commentaires des icônes de fête, et surtout … bien sûr… du bout de mon pinceau, ou plutôt sous le grand manteau de l’Esprit Saint, car le grand Iconographe, c’est Lui !


L’icône, en effet, n’est jamais l’œuvre d’un artiste. Comment prétendre être capable de faire naître à la lumière le Visage... et plus encore, la Présence du Ressuscité ?

Car, c’est bien de cela qu’il s’agit :
l’icône est mystérieusement porteuse de la Présence même de Dieu…
Par elle, Il vient à notre rencontre... C’est pourquoi, l’icône ne s’écrit que dans la prière…  dans un abandon radical à l’Esprit du Seigneur, auquel il m’est seulement demandé de « prêter » ma main... ma vie toute entière… L’icône se révèle alors, pour l’iconographe, comme un long chemin, toujours nouveau, de conversion, « d’ajustement » à la Présence de Dieu qui m’habite et se livre à travers mon travail...

Image de l’Invisible, l’icône ne se justifie que par la naissance de Jésus, Dieu fait homme. En prenant chair de notre chair, Il nous révèle son Visage et nous découvre la beauté cachée de toute créature, appelée à retrouver la ressemblance divine, perdue par le péché.. L’icône, dans sa montée vers la lumière, déborde de la quête amoureuse de Dieu, qui, en Jésus, vient arracher son œuvre au pouvoir du Mal et, dans son amour sans limite, restaurer sa créature dans sa beauté première.

L’ « aventure » de l’icône n’est pas réservée aux « pros » !.... Elle s’offre à tous et à chacun comme :

une Fenêtre ouverte sur la beauté...la Lumière...
un Chemin d’intériorité, d’harmonie...
une Parole de vie…
un Espace de rencontre… avec le Seigneur…
... au plus secret du cœur…
lui près de moi et moi près de lui..
…alors, laisse-toi... regarder par l’icône... « apprivoiser » par le Seigneur…

Sr Xristiane de la Miséricorde

« Ecrites à la main »
dans le silence et la prière...pour ... et aux intentions de ...
selon les procédés traditionnels,
Visage du Christ, de la Vierge Marie... des saints...
...évènements de la vie du Christ
ou des saints...
...les icônes ne demandent
qu’à nous accompagner sur nos chemins de vie chrétienne...
à offrir un espace de prière, de silence, et de contemplation
dans nos maisons, nos appartements, nos églises...
à nous découvrir à travers la richesse de la symbolique,
la profondeur du mystère de son Amour pour tous et pour chacun...