Clarisses de Cormontreuil 20 produits
Clarisses de Cormontreuil

Origines du monastère de Cormontreuil 


Notre monastère a été fondé à Reims, il y a huit cents ans, du vivant même de sainte Claire d’Assise et nous venons justement de vivre toute une joyeuse année jubilaire pour célébrer cet événement qui nous fait remonter aux origines de notre Ordre et à celui des franciscains. Initialement situé non loin de la cathédrale rendue célèbre par le sacre des rois de France, le monastère fut intimement lié à l’histoire de la ville jusqu’à la Révolution française qui en expulsa les sœurs,  mais ce ne fut pas le dernier mot : refondée en 1933, la communauté se transporta à Cormontreuil, commune limitrophe de Reims. 


Notre communauté de Cormontreuil aujourd’hui


Nous sommes 29 sœurs clarisses âgées de 35 à 95 ans qui désirons, dans le sillage de sainte Claire et saint François, vivre une vie fraternelle tout en simplicité, dans la contemplation, l’émerveillement et la louange de Celui qui nous donne tout Bien. C’est le monde entier que nous portons dans une prière qui se déploie à la chapelle, selon les heures de la journée, en offices liturgiques, oraisons personnelles et Eucharistie, sommet de notre vie chrétienne. Nous vivons du travail de nos mains dans le silence et le recueillement. C’est dire l’importance que revêt pour nous l’artisanat monastique puisque ce travail nous permet de prolonger notre prière  dans un climat qui lui est propice.


Notre artisanat monastique


Nos activités manuelles d'artisanat monastique sont multiples : tout d’abord la cuisson des hosties , nourriture spirituelle des chrétiens qui nous met en communion avec beaucoup de communautés d’églises du diocèse et de France. Vient ensuite l’hôtellerie dans laquelle nous accueillons des personnes pour un temps de retraite personnelle ou en groupe qui sont souvent très demandeuses des produits de notre artisanat monastique : cartes, vêtements liturgiques, bougies décorées, chapelets, petits sujets en argile. Ce sont justement ces derniers que nous vous présentons ici. 


Atelier-argile : les débuts d’une aventure


Elle commence dans le noviciat de notre monastère. Pour illustrer un aspect de notre spiritualité, une novice , en veine de créativité, s’est mise à pétrir un peu d’argile dans l’intention d’en faire surgir un « st François » aux prises avec le fameux loup de Gubbio, loup féroce que le Poverello apprivoisa, symbole de ce loup intérieur que nous portons tous et dont il s’agit de se faire un ami pour que s’épanouisse le Royaume de Dieu là où nous sommes. Donc, portée par son inspiration, notre jeune sœur novice fit éclore entre ses doigt un duo « François et le loup » qui fit l’admiration de toutes les sœurs de  la communauté. Vous devinez la suite de l’histoire : devant ces débuts encourageants, une ébauche d’atelier-argile vit le jour et le talent de notre sœur put donner sa mesure grâce à un apprentissage assidu et aux leçons de professionnels.


Ce pourrait être une parabole de ce qui advient dans la vie religieuse : c’est tout notre être qui, se donnant au Seigneur dans la pauvreté, la chasteté et l’obéissance , se trouve comme fécondé par la bonté de notre Créateur et nous ouvre des chemins imprévus qui aboutissent à...l’artisanat monastique . Ainsi, la réponse à l’appel d’une vocation monastique fait jaillir des étincelles de vie et de créativité.


Une première étape pour notre artisanat monastique en ligne 


Nous commençons modestement avec quelques modèles choisis parmi les créations  de notre monastère et notamment les croix franciscaines dont l’origine remonte aussi à st François. Le petit Pauvre d’Assise affectionnait beaucoup la lettre TAU de l’alphabet grec ( T ), à cause de sa ressemblance avec la Croix par laquelle Jésus a voulu nous sauver. Le TAU est ainsi devenu un symbole pour la famille franciscaine et bien au-delà.


« Pace et Bene » comme le disait st François (Paix et Bien)

page 1 sur 1

page 1 sur 1