Abbaye de Maylis 19 produits
Abbaye de Maylis

La tisane de Maylis à l'ombre de l'abbaye


Au cœur de la Chalosse, planté au sommet d'une colline d'où il veille sur la campagne riante du Sud des Landes de Gascogne, le sanctuaire de Notre Dame de Maylis abrite depuis 1946 des moines Bénédictins Olivétains. Mais la renommée de l’artisanat monastique de l’Abbaye de Maylis s’est répandue bien au-delà de notre beau Sud-Ouest et jusqu’à l’étranger. En effet, pour faire vivre la vingtaine de moines, l'Abbaye de Maylis poursuit la longue tradition qui a fait la renommée du "travail de bénédictin". Fidèles à la Règle de Saint Benoît qui encourage les moines à vivre du travail de leurs mains, voilà plus de 60 ans que les frères Bénédictins Olivétains cultivent la ‘Plante de Maylis’, un lépidium latifolium, ou grande passerage, connue et reconnue pour ses propriétés drainantes et détoxifiantes. Elle participe ainsi au bon fonctionnement digestif et biliaire, rénal et urinaire. Elle possède en outre des propriétés bénéfiques pour la peau. Longtemps connue comme ‘la Tisane de Maylis’, la cure dépurative peut aussi se faire en gélules. Mais l’artisanat monastique de l’Abbaye de Maylis ne se limite pas à cette Plante de Maylis !


La cire du du Père Fulgence, fruit de l'artisanat monastique 


Depuis une vingtaine d’années, les moines produisent aussi de la cire pour l’entretien du bois. Leur cire du Père Fulgence connait notamment un grand succès : elle brille sans frotter ! Et pourtant c’est un vrai travail de bénédictins, car composée de produits naturels, elle ne contient ni silicone, ni paraffine. Pour compléter la gamme les frères de Maylis fabriquent aussi une cire traditionnelle à l’ancienne à base de cire d’abeille et de cire de carnauba. Il s’agit vraiment là d’un artisanat monastique de l’Abbaye de Maylis validé comme tel par la marque MONASTIC. La communauté de Maylis, a d’autres productions, certaines plus aléatoires comme l’épeautre, cette céréale recommandée par Sainte Hildegarde. La farine d’épeautre permet de produire un pain savoureux, plus nourrissant et digeste que celui obtenu avec les farines blanches courantes. Malheureusement les conditions climatiques ont anéanti depuis 2 ans tout espoir de récolte. Les frères espèrent avoir plus de chance avec du sarasin. 


La prière bénéficie aussi de l'artisanat monastique


Un autre artisanat monastique que vous proposent les moines de l’Abbaye de Maylis est celui des bancs de prière. Ayant mis au point un modèle dans leur atelier de menuiserie mais ne pouvant en assumer la production en sus de leurs activités déjà nombreuses et qui requièrent pas mal de main d’œuvre, les frères ont choisi de travailler en collaboration avec un ESAT. (Etablissement et Service d’Aide au Travail.) Ils permettent ainsi à des personnes handicapées de gagner leur vie par le travail.


Toutes ces activités d’artisanat monastique de l’Abbaye de Maylis n’empêchent pas les frères de rester fidèles à leur vocation de prière selon la devise bien connue : ORA et LABORA, si la prière est première, le travail devient prière et témoignage d’un engagement au service de l’humanité. 


Les Bénédictins Olivétains de l’Abbaye de Maylis portent un habit blanc en témoignage de leur dévotion à Marie et de leur foi en la Résurrection. Outre les activités de l’artisanat monastique et celle de la prière (ils se réunissent à l’église 7 fois par jour), l’accueil des hôtes -et notamment des familles- qui désirent faire une halte spirituelle occupe selon la tradition monastique une grande part de leur temps. 

page 1 sur 1

page 1 sur 1